Un boeuf Pascal au caractère bien trempé

Comme tous les ans la présentation du bœuf pascal a attiré beaucoup de monde à la sortie de la messe des Rameaux et cette fois de surcroît après la cérémonie de commémoration de la fin de la guerre d’Algérie.

Une tradition que Nanou Molines, notre regretté boucher, avait lancée à l’époque, veut qu’on présente ce jour-là les bêtes dont les viandes seront sur les étals de la boucherie dans les semaines suivantes, notamment à Pâques. Une tradition qui veut aussi que l’élevage de ces animaux ait suivi un cahier des charges précis : pâturage en plein air pour une longue durée sur le mont Lozère, foin et céréales locaux. Comme d’ordinaire 3 bêtes étaient exposées : un veau et une génisse de chez Palmier aux Bondons et un bœuf de l’élevage Molines de Finiels.

Ce dernier dès sa sortie du camion a jeté l’effroi à toute la population menaçant de donner sur la place de l’église et ailleurs une corrida improvisée et forcément à haut risque. Il n’a pas été facile de maitriser l’animal malgré les efforts de David Veyssade le boucher local et de l’éleveur M. Molines. Lequel a été légèrement blessé. Par chance tout un groupe de pompiers du Grimp était sur les lieux et il a été rapidement soigné. Rien de grave mais beaucoup de peur et pour les acteurs et pour les spectateurs. Ce n’est qu’après le retour du bœuf dans le camion que chacun a pu souffler et se diriger vers le barnum où étaient offerts le verre de l’amitié par la commune et des produits de charcuterie par la maison Veyssade.

Quant à notre ami le bœuf comprenons sa réaction lorsqu’il découvre à la place des vertes prairies du mont Lozère toute une foule de badauds. A méditer. Bref un moment qui fera date dans les annales d’un village tranquille qui n’est pas encore prêt pour la corrida et le sang.

A l’avenir mettre en place les animaux plus tôt avant l’arrivée de la foule serait la solution.

 

< Retour à Radio Platane