LA VIGNE A ISPAGNAC TOUTE UNE HISTOIRE

les vendanges ont commencS’appelait-il Hispanus, le romain qui aurait apporté la culture de la vigne dans le vallon ? La légende est belle : un légionnaire, surnommé l’espagnol , aurait fondé un domaine et de là…Certes la romanisation des terres gabales a développé les voies, créé en partie les terrasses ou bancels, lancé sans doute la culture de la vigne. Mais son expansion est sans doute due au travail des moines bénédictins très actifs dans le domaine agricole dont le prieuré a fait les beaux jours de la vallée.

Toujours est-il que le vin a fait la richesse de la ville d’Ispagnac, fortifiée puis démantelée par Mathieu Merle. Le breuvage local était vendu à une partie de la Lozère et même Monseigneur Piencourt évêque de Mende au 17e en faisait son grand ordinaire. Un connaisseur bien sûr. Hélas le phylloxéra allait mettre fin à une époque de richesse et d’embellie. Cette maladie venue des Amériques dans la 2e partie du 19e allait entraîner le déclin brutal de la vigne. Après un regain certain au 20e siècle et la création de plus de 100 hectares de vigne, la guerre de 14-18, puis la surproduction de vin du midi et de l’algérois dans les années 30, l’interdiction de certains cépages autochtones, l’exode rural allaient mettre fin à la culture de la vigne dans la commune.

A la fin du siècle dernier il ne restait que 2 ou 3 hectares. Mais par la volonté de la municipalité d’Ispagnac, du Sivom, deux familles ont pu s’installer dans le vallon et à l’entrée des Gorges, apportant vie sur les coteaux et dans le village depuis une quinzaine d’années et proposant des vins que les restaurateurs ont mis avec joie sur leur carte. Domaine de Gabalie. Domaine des Cabridelles 2 noms qui font honneur au patrimoine lozérien.

 

< Retour à Radio Platane