Le Pont de Quezac/Ispagnac

LE PONT DE QUEZAC/ISPAGNAC

          Pendant des siècles, venant de tous les horizons, les pélerins qui affluaient au sanctuaire marial de Quézac, traversaient la rivière sur un gué. Le Tarn était gros pendant de nombreux mois de l'année et il y avait des gens qui se noyaient.

quezac_pape_urbain5         Au XIVe S., Urbain V, pape natif de Grizac (près du Pont de Montvert) s'inquiète des difficultés que doivent affronter les pélerins. En même temps qu'il érige le sanctuaire en collégiale, il projette la construction d'un pont qui y conduise en sécurité.

         L'ouvrage ne débutera qu'en 1395 (après la mort d'Urbain V) et les travaux avanceront avec lenteur puisque le pont ne sera achevé qu'en 1450. Il souffrit plusieurs fois des crues du Tarn, notamment en 1606 après quoi Monseigneur de Marcillac le fit rebatir, nouveaux dégats en 1710, 1731, rebatit en 1738.

         En 1739, on y édifia une chapelle consacrée à St Joseph. Il n'en demeure aujourd'hui qu'une arche.

        

Ce pont gothique est constitué de 6 arches somptueuses, il a été classé aux monuments historiques le 27/08/1931.

pont_quezac_02

pont_quezac_01

 

 

 

 

 

NOTRE DAME DE QUEZAC

quezac_eglise_01quezac_eglise_02        Ce sanctuaire demeure avec son pélerinage, l'un des plus fréquenté de la Lozère. Rien cependant de comparable avec l'afflux des pélerins qui avant la révolution de 1790 fit la renommée de Quézac, venant de tous les horizons de la France et de l'Europe, particulièrement de l'Espagne. Beaucoup se rendant à St Jacques de Compostelle se détournaient de l'Aubrac pour gagner Quézac et rejoignaient ensuite le but de leur pélerinage par un chemin méridional. En apercevant le clocher de Quézac, ils baisaient le sol et par respect otaient leurs chaussures pour finir pieds nus jusqu'au sanctuaire.

        Le sanctuaire de Quézac est favorisé par de nombreux miracles, le premier étant la découverte de la statue de la vierge.

        Le village était alors situé à mi-pente de la falaise, le village de JOBILLET (aujourd'hui JAVILLET à 2 kms de Quézac situé sur un promontoire avec une église chef lieu de la paroisse), et sur le lieu actuel de Quézac ne s'élevaient que des cabanes au mileu des champs.

       "Un laboureur creusant ses sillons fut intrigué par l'attitude de ses boeufs qui refusaient d'avancer. Délaissant son labour, il courut chercher de l'aide. Ils découvrirent, en fouillant la terre, une statue de Vierge à l'enfant en bois de noyer brillant. Elle fut portée à l'église paroissiale, mais le lendemain elle avait disparu et était revenue à l'endroit où elle avait été découverte. Et cela une deuxième fois. Les villageois comprirent que la vierge voulait être honorée en cet endroit et c'est ainsi que fut bati en plein champ, le premier oratoire à Notre Dame de Quézac en 1052."

quezac_vierge       C'est pour cette statue, qu'au XIVe s., Urbain V fit construire l'église collégiale et le transfert de la parroisse se fit en 1313.

       La statue primitive fut brûlée par les protestants lors de l'invasion de Mathieu Merle. La statue actuelle est probablement du XVIIe s.. Elle est vêtue d'ornements brodés, comme l'étaient traditionnellement les vierges des pélerinages. Elle porte ainsi que son fils une très belle couronne depuis Septembre 1904. (Le couronnement de la vierge de Quézac donna lieu à une splendide cérémonie. Le Pape Pie X fit don d'un calice d'argent et vermeil qui avait été offert au pape Léon XIII par les orfèvres de Malte. Six évêques officiaient en présence de 6000 pélerins). Elle a été placée sur le clocher le 8/09/1829.

      Au moyen âge, avec l'afflux des pélerins, Quézac s'établit et grandit. Pour l'accueil des pélerins malades, un hôpital fut construit. Il était situé en face du porche de l'église. Les pélerins étaient accueillis au Prieuré jusqu'au XIVe s..

     En 1365, Urbain V érige le prieuré de Quézac en collégiale entourée de fortifications et de remparts. Il installe un chapitre de 8 clercs, 6 chanoines, un doyen, un sacristain.

     Jusqu'à la révolution le pélerinage et le chapitre collégial  se maintinrent à Quézac.

     La gendarmerie de Florac ayant voulu arrêter les chanoines, la population s'attroupa et la contraignit à coups de pierres à les libérer. Mais ensuite, ayant refusé la constitution civile du clergé et le serment, ils durent se cacher comme la grande majorité des prêtres du Gévaudan.

     L'église fut pillée par les révolutionnaires. Tout disparut, sauf la statue de la vierge cachée par un enfant de Quézac nommé Méjean.

quezac_eglise_porcheLe porche, le portail furent dévastés, les blasons martelés. Ceci explique que l'église actuelle est moderne. Une seule fenêtre y a échappé, c'est celle qui se trouve face à la porte d'entrée.

quezac_processionCette  Madonne avait préservé de la peste en 1720 ou 1721. Cela donna officiellement lieu au Pélerinage annuel qui suit la fête de la Nativité de la Vierge. Ce pélerinage se poursuit toujours, même si, ces dernières années, il tombe un peu en désuétude.

    Si l'église a survécu, si le service religieux et le pélerinage sont revenus vivants après le Concordat, la Collégiale et l'Hôpital sont morts des coups de la révolution de 1789.

    Les bâtiments de la collégiale ont été réutilisés en 1810 par les religieuses Ursulines enseignantes qui, pour se rendre à l'intérieur de l'église, bénéficient d'un passage aérien et couver.  Mais en 1841, un terrible incendie les ravage. Le bâtiment qui existe aujourd'hui est du XIXe s. et l'hôpital est transformé aujourd"hui en maisons particulières.

         

 L'EGLISE :

quezac_eglise_03          Sur le mur occidental était le caveau du seigneur de Javillet. Aujourd'hui les fonds baptismaux y sont appliqués.

         A la clé de voute, se trouve le blason d'Urbain V.

         Le porche seul est classé.

         Le clocher est du XVIIe s., rehaussé au XIXe s. et enlaidi vers 1930 par un socle en ciment armé portant la statue de la Vierge.

         Depuis 1930, un carillon de 9 cloches "chante" des cantiques et des "avé" en l'honneur de Marie.

        En 1925, un artiste toulousain orna l'église de fresques et de magnifiques tableaux.

 

 LE VILLAGE DE QUEZAC

quezac_pont_miniature

 

 

 

 

 

quezac_villagequezac_village_02

 

 

 

 

 

 

 

 

quezac_tour